Cathédrale Saint-Jacques-de-Compostelle

Voudriez-vous faire le Chemin ? Nous pouvons vous aider.
Pilgrim Travel SL utilisera vos données uniquement pour répondre à votre question et ne la transmettra jamais à des tiers. Pour exercer vos droits, consultez la politique de confidentialité.

La Cathédrale de Saint-Jacques est la destination de millions de pèlerins et de visiteurs curieux qui viennent dans la ville de Santiago de Compostela pour admirer chaque coin de la ville, et bien sûr, chaque élément historique et artistique de la cathédrale. Découvrez ce qu'il faut voir dans la cathédrale de Santiago, les curiosités, les légendes... et les éléments cachés et secrets de la cathédrale.

La cathédrale de Santiago

The Legend

L'histoire situe l'Apôtre Jacques le Majeur comme un prédicateur dans les terres d'Hispanie, allant jusqu'au nord-ouest de la péninsule ibérique. A son retour à Jérusalem, il fut le premier apôtre à être décapité, devenant ainsi le premier martyr apostolique.

Ses disciples (Théodore et Anastase) voulaient que sa dépouille repose dans le lieu le plus éloigné qu'il ait atteint par sa prédication, faisant de la Galice, et plus précisément de Saint-Jacques-de-Compostelle, le lieu de son tombeau. Mais sa tombe tomba dans l'oubli jusqu'à ce qu'entre 820 et 830, l'ermite Pelayo aperçoive d'étranges lumières à cet endroit. Il alerta l'évêque de l'époque, Teodomiro, qui affirma que ces lumières (ou étoiles) indiquaient la tombe abandonnée de Santiago. En 834, Alphonse II le Chaste, roi du petit royaume chrétien des Asturies (qui comprenait la Galice), décida d'effectuer un pèlerinage sur la tombe pour consacrer la modeste église qui y avait été construite. Et c'est ici que commence la grande histoire du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle.

En 874, le monarque asturien Alphonse III le Grand s'est également rendu en pèlerinage à Saint-Jacques. Constatant qu'à leur arrivée, les pèlerins se plaignent du mauvais état de la basilique, il décide de la détruire et de construire un nouveau temple consacré en 899, qui deviendra le plus splendide de l'Espagne chrétienne de l'époque.


La cathédrale actuelle

La construction de la monumentale cathédrale romane a été entamée en 1075 par l'évêque Diego Peláez. Plus tard, en 1100 avec l'archevêque Diego Gelmírez, la cathédrale atteint sa splendeur maximale, ce qui en fait l'exemple le plus précieux de l'art roman de l'époque et une grande destination pour les pèlerinages médiévaux.

La cathédrale que les pèlerins peuvent visiter aujourd'hui a un plan en forme de croix latine basilica avec trois nefs qui permettent d'accéder à l'intérieur de l'église et depuis chacune d'elles une perspective différente du temple. Ensuite, nous commencerons par l'extérieur, en visitant ses portes les plus symboliques.


Extérieurs de la cathédrale de Santiago.

Puerta de la Azabachería

Selon le Codex Calixtinus, elle était également connue sous le nom de Puerta Francígena, car à l'époque médiévale, elle était la porte d'entrée des pèlerins du Chemin français. Son nom est dû au fait que dans ses environs se trouvaient les ateliers et les échoppes vendant des objets jacobéens fabriqués avec du jais, un minéral noir intense et brillant auquel on attribuait des pouvoirs quasi magiques. Cette porte signifiait le dépassement du péché et à l'intérieur, après un long voyage, le pardon l'attendait. Elle a été rénovée au XVIIIe siècle pour remplacer la porte romane, qui était en très mauvais état. Au sommet se trouve la statue d'un saint Jacques pèlerin accompagné d'autres éléments de la culture jacobine tels que des coquillages et des bâtons.

Porte Sainte

Située sur la Plaza de A Quintana, cette porte n'ouvre que les années saintes, c'est-à-dire tous les 6, 5, 6 et 11 ans. La prochaine année sainte aura lieu en 2021. Autour du petit portique grillagé qui mène à la Porte Sainte elle-même, il y a 24 figures sculptées. La plus grande représente saint Jacques habillé en pèlerin, tandis que les images à sa droite et à sa gauche, également en costume de pèlerin, sont ses disciples. Les autres figures correspondent à des personnages bibliques qui avaient à l'origine un emplacement différent de l'actuel. Ils datent de l'an 1200 et ont été fabriqués par Maître Mateo. Pour obtenir l'indulgence, il n'est pas nécessaire de la traverser, mais chaque année sainte, des milliers de pèlerins arrivent sur la place et font la queue pour entrer dans la cathédrale en la traversant.

Porte des Abbots

Cette porte est située dans la partie supérieure de la Plaza de A Quintana, une construction sobre qui passe inaperçue.Peu de gens savent qu'elle n'ouvre que les années saintes pour laisser sortir tous les pèlerins qui viennent faire l'apôtre.

Le pèlerin caché ou l'ombre du pèlerin

C'est un hasard de la vie que l'installation d'un support en granit qui sert de paratonnerre dans la cathédrale ait acquis la nuit, grâce à l'éclairage de la cathédrale, une ombre qui rappelle, sans grande imagination, la silhouette d'un pèlerin avec chapeau et bâton. En outre, des légendes sont nées autour de cette ombre, comme l'histoire du cœur brisé entre le prêtre et la religieuse. On raconte que sous la Plaza de A Quintana se trouvaient des passages secrets reliant la cathédrale au couvent de San Paio et que chaque nuit le moine les traversait pour voir sa bien-aimée. Les amoureux, fatigués de la situation, avaient décidé de s'échapper, il l'attendrait à la tombée de la nuit sur la place habillé en pèlerin médiéval. Mais la nonne n'est jamais apparue et chaque nuit, le moine sort sur la place pour l'attendre.

Portique royal

Cette porte soutient une façade créée pour améliorer l'image de la cathédrale au XVIIe siècle. C'est actuellement le site de la boutique de souvenirs de la cathédrale. Au-dessus se trouve la Torre del Reloj qui relie la Plaza de A Quintana à la Plaza de Platerías. Cette tour de 72 mètres est populairement connue sous le nom de Torre de Berenguela, car sa construction - du moins son corps inférieur de style gothique - remonte à l'époque de l'archevêque Berenguel de Landoire. La cloche située dans la tour porte également ce nom et a été remplacée en 1990 par une nouvelle, fabriquée en Hollande. Cette opération a été suivie par de nombreux habitants de Saint-Jacques-de-Compostelle, car elle suscitait une grande attente. L'ancienne cloche date de 1738 et est maintenant exposée dans le cloître du musée de la cathédrale.

La porte de Platerías.

La porte et la place doivent leur nom aux différents ateliers d'orfèvrerie qui y étaient établis et qui proposaient des souvenirs en argent aux motifs jacobéens. Ils étaient les souvenirs que les pèlerins rapportaient dans leur lieu d'origine et se faisaient parfois enterrer avec eux. La cathédrale a facilité ces commerces en permettant l'installation de boutiques dans son périmètre tout en essayant de contrôler le commerce et la qualité des objets qui y sont vendus. Aujourd'hui, il existe encore des magasins qui préservent cette tradition. Cette porte sert d'entrée aux pèlerins arrivant de la Vía de la Plata et du Chemin portugais. Il est Romanesque, le seul qui subsiste des trois originaux qui existaient.

Intérieur de la cathédrale

Le Portique de la Gloire.

Derrière la façade monumentale de l'Obradoiro se dresse le spectaculaire et célèbre Portico de la Gloria Pórtico de la Gloria. Elle est sculptée en granit de Galice sous la direction de Maître Mateo et constitue pour beaucoup l'ensemble sculptural le plus important de l'art roman européen. Le portique représente le Doomsday et Jésus est présenté dans le tympan de l'arc central. Apôtres, prophètes, anges, monstres et fidèles, tous en harmonie, représentent la scène solennelle où les justes entrent dans la Gloire et les méchants sont emportés par les démons.

Ce lieu a été le théâtre de plusieurs rituels qui ont été fermés en 2008 car l'ensemble du complexe nécessitait une protection spéciale. Sur la colonne qui soutient le Christ, sur la pierre grise où est sculpté l'arbre de Jessé, on peut clairement voir la marque de millions de mains qui, au cours de l'histoire, ont accompli l'un des rituels les plus pratiqués par les pèlerins à leur arrivée à la cathédrale. Bien que l'on ne connaisse pas son origine ni sa signification initiale, tout semble indiquer qu'elle a commencé à être jouée dans les premiers temps du Portique. La signification pourrait être liée à l'ancienne tradition religieuse de l'imposition des mains, ou elle pourrait également avoir commencé lorsque les pèlerins qui venaient d'arriver au temple, avec un geste de soumission aux pieds des statues de Saint-Jacques et de Jésus-Christ, ont commencé à y prier épuisés, en s'appuyant sur leur main, pour récupérer de leur fatigue physique et mentale.

Il existe d'innombrables détails à souligner dans le Portique de la Gloria, mais le sourire du prophète Daniel est sans aucun doute l'un d'entre eux. Ce charmant sourire est le plus célèbre de l'art médiéval car il est considéré comme le premier à avoir été sculpté dans la pierre.

Un autre rituel - peut-être moins connu des pèlerins, mais des habitants et de toute la communauté universitaire, puisque Saint-Jacques a été et est toujours l'un des grands centres universitaires espagnols - était le frottement de la tête avec le dénommé "Santo dos Croques" une figure populaire située au dos du Pórtico. Cette statue est censée représenter le Maître Mateo se rachetant devant le Seigneur en le remerciant de lui avoir donné l'occasion d'accomplir ce grand travail. Ce frottement, qui consistait à donner trois coups sur le front du Maître, accordait la sagesse à celui qui le pratiquait ; c'est pourquoi il était si populaire parmi les étudiants. Son origine est également inconnue, mais elle remonte probablement au 20e siècle ou pas plus loin que la fin du 19e siècle, car il n'existe pratiquement aucune documentation qui en parle.

Dans la nef centrale, dans le maître-autel et devant le portique, se déroule le seul rite qui subsiste aujourd'hui : l'étreinte à l'Apôtre. C'est le plus excitant et le plus ancien puisqu'il est pratiqué depuis le 13e siècle. Pour y accéder, il faut passer par le déambulatoire du déambulatoire et monter les escaliers en pierre, qui méritent qu'on y prête attention et qu'on observe l'usure qu'ils présentent après avoir été parcourus par des milliers et des milliers de pèlerins. Ces escaliers nous mènent jusqu'à la loge où se trouve la statue, juste au-dessus de la crypte contenant les reliques de l'apôtre.

Le personnage regarde vers la nef centrale et le pèlerin l'embrasse par derrière, partageant pendant quelques secondes la même vue du temple.

La loge qui permet l'étreinte et n'interrompt pas le culte a été construite au XVIIIe siècle et cette réforme baroque a également touché la statue puisqu'elle a été recouverte, entre autres, d'une slavina - un manteau d'argent plein de bijoux - qui a dû être renouvelée en 2004 en raison de l'usure des centaines de millions d'étreintes que l'apôtre a reçues. L'esclavina originale peut également être vue dans le musée de la cathédrale.

L'ensemble de l'intérieur de la cathédrale de Santiago présente des exemples divers et riches d'art sacré de différentes périodes. Nous pourrions parler de beaucoup d'entre eux, mais nous en soulignons certains qui sont peut-être plus méconnus ou plus intéressants.

Le Bordon de Santiago

Ce que l'on pense être les restes des bourdons de saint Jacques et de saint Franco de Sienne sont conservés dans un long reliquaire en bronze stylisé du XIIe siècle qui dépasse de la colonne sud du transept du maître-autel. Cette pièce singulière, qui passe plutôt inaperçue parmi les pèlerins, contient également le bâton d'un pèlerin italien, San Franco de Sienne, qui, selon la légende, a recouvré la vue à Santiago et, en remerciement à l'apôtre, a laissé son bien le plus précieux, son bâton, qui l'a accompagné tout au long de son Camino. Dans l'Antiquité, des rituels y étaient pratiqués, car il semble que le reliquaire avait un petit trou dans la partie inférieure qui permettait aux pèlerins de toucher les bâtons et de demander des indulgences à cet endroit également.

Les Concessionnaires.

Les concessionnaires en langues étrangères sont particulièrement intéressants, là où autrefois les "linguistes" (du latin "linguarium"), prêtres venant des mêmes pays que les pèlerins et pouvant se confesser en diverses langues, entendaient les confessions. Aujourd'hui, deux d'entre eux portent les inscriptions suivantes : "Prol linguisica germánica et hungarica" et "Prol linguisa Itala et gálica". Les deux confessionnaux datent du 19e siècle mais ont probablement été inspirés par d'autres plus anciens.


Le Botafumeiro.

Le célèbre grand encensoir de la cathédrale a commencé à être utilisé au 13e siècle. Le nom qu'il reçoit est lié au galicien "bota fume" qui signifie qu'il fume et est un acte très attendu et désiré par les pèlerins qui arrivent à Santiago. Il fonctionne lors des grandes célébrations comme le 25 juillet et parfois lors de la messe des pèlerins. Il se déplace à grande vitesse (environ 68 km à l'heure) dans les allées nord et sud de la cathédrale, touchant presque la voûte, du moins en apparence. Il pèse environ 53 kilos et reste en mouvement pendant environ cinq minutes. Les personnes chargées de conduire un instrument aussi lourd sont appelées "tabuleiros", porteurs de l'encensoir. Ce fait représentait non seulement un symbole de purification spirituelle, qui est encore préservé aujourd'hui, mais servait aussi, à l'époque, de moyen de purification, puisqu'il était également utilisé pour aider à purifier l'atmosphère viciée qui existait dans le temple pendant les périodes de grande affluence de pèlerins.


Le Codex Calixtinus

Il s'agit du premier guide des pèlerinages qui ait survécu. Il a été commencé en l'an 1120 (12e siècle) et se compose de 5 livres. Dans son cinquième livre, attribué au Français Aymeric Picaud, il décrit la cathédrale (encore en construction) et les chemins de Saint-Jacques en France et dans le nord de l'Espagne. En 2011, il a été volé dans la cathédrale - mais heureusement, un an plus tard, il a été retrouvé - et avec lui, l'éclat et l'importance de ce document qui se trouvait dans les archives de la cathédrale presque comme n'importe quelle autre copie.

Le Grand Autel.

Il est situé au-dessus du lieu de repos de la dépouille de l'apôtre. C'est là que la messe des pèlerins est célébrée tous les jours à 12h00, un horaire établi en 1976 en raison de la demande des pèlerins. Elle a été construite au XIIe siècle sous la direction de Gelmírez et en 1211 elle a été enrichie d'éléments tels que la statue de Santiago.  Par la suite, l'autel a été enrichi à différentes reprises jusqu'au résultat final, qui consiste en un gigantesque ensemble baroque avec un baldaquin pyramidal soutenu par des colonnes solomoniques et quatre grands saints. Au sommet, on voit Santiago à cheval et l'étoile jacobine.

La richesse artistique de la cathédrale s'étend aux plus de 15 chapelles que l'on trouve à l'intérieur de la cathédrale. L'une des plus connues est la Capilla de la Corticela qui était séparée de la cathédrale jusqu'au XVIIIe siècle (on peut encore la voir de l'extérieur) et qui, au XVIIIe siècle, a été reliée par un couloir.

Et nous ne pouvions pas comprendre la cathédrale sans parler de ses places environnantes, qui ont joué un rôle essentiel dans l'évolution de la cathédrale. En fait, leurs noms sont directement liés aux activités qui s'y déroulaient.

Les places de la cathédrale de Santiago.


Place de la Inmaculada.


Connue sous le nom de Plaza de Azabachería, située au nord, elle apparaît également sous le nom de Plaza de las Cambias car il y avait dans cette zone un premier hôpital qui faisait également office de bureau de change.  Ici, comme nous l'avons déjà mentionné, se trouve la Puerta de la Azabachería (porte de l'Azabachería). Devant elle se dresse le monastère de San Martín Pinario, le deuxième plus grand d'Espagne, dont l'origine a été motivée par le fait d'être les premiers moines à garder les restes de l'Apôtre.


La Plaza de la Quintana.

Située à l'est, elle a été créée au 11e siècle pour faciliter la circulation, mais pendant des siècles, elle a été utilisée comme cimetière. C'est pourquoi certaines légendes circulent et, aujourd'hui encore, une distinction est faite entre les parties supérieure et inférieure de la place entre "quintana de vivos" et "quintana de mortos". On remarque la simplicité du mur du monastère de San Paio de Antealtares, aujourd'hui un couvent cloîtré, mais qui abritait initialement les moines responsables du culte du sépulcre. Le premier autel dédié à Saint Jacques est conservé dans son musée : un simple autel romain avec des inscriptions.

La Plaza de Las Platerías.

Au sud, il porte également le nom de l'activité qui y était exercée, en l'occurrence le commerce de souvenirs en argent. Vous y trouverez le nouveau siège du Museo de las Peregrinaciones que nous vous recommandons de visiter pour avoir une vision plus précise du phénomène et des dimensions du pèlerinage.

Plaza del Obradoiro.

Ces trois places étaient le lieu où les anciens pèlerins se promenaient à la recherche de souvenirs, ainsi que de logement et de nourriture. De nos jours, la place la plus fréquentée est la Plaza del Obradoiro, située à l'est et la plus grande de toute la ville. C'est ici que les pèlerins qui se rendent à Santiago se réunissent désormais pour fêter leur arrivée et immortaliser, au moins par une photo, ce moment heureux, avec toujours l'impressionnante façade de la cathédrale derrière eux.

Le nom de la place indique qu'il s'agissait d'une zone d'atelier (en galicien "obradoiro"), c'est-à-dire un atelier, dans ce cas un atelier de pierre qui a été utilisé pour la construction de la cathédrale. Il est entouré de trois bâtiments symboliques : le "Colexio de San Xerome", l'actuel rectorat de l'université de Santiago ; le "Pazo de Raxoi", l'actuel siège du conseil municipal ; et enfin, et surtout, le Parador de los Reyes Católicos du XVIe siècle, un ancien hôpital pour pèlerins construit là précisément en raison de sa proximité avec l'église.

Avez-vous besoin d'aide pour planifier votre voyage ?

Laissez-nous vos coordonnées et nous vous contacterons.

Veuillez laisser ici vos données et nos agents vous rappelleront dès que possible.
INFORMATION SANS ENGAGEMENT
Pilgrim Travel SL utilisera vos données uniquement pour répondre à votre question et ne la transmettra jamais à des tiers. Pour exercer vos droits, consultez la politique de confidentialité.

Conoscere i diversi percorsi del Cammino

Chi siamo?

Siamo una compagnia che organizza il Cammino di Santiago. 

Organizziamo il tuo viaggio dall'inizio alla fine perché tutto sia perfetto.

Ti offriamo tutto quello che ti serve perché il Cammino sia perfetto per te.

Prenotiamo i tuoi voli
Ti consigliamo sulle tappe e gli itinerari
Prenotiamo tutti gli ostelli
A tua disposizione 24 ore al giorno
Trasportiamo le tue valigie ogni giorno